PARI REUSSI POUR LA CONFERENCE SOUS REGIONALE SUR LES MANUSCRITS AFRICAINS ET LA RECHERCHE EN AFRIQUE DE L’OUEST !!!

 

La photo de famille des participants à la fin des travaux de la Conférence.

 

Initiée par l’ONG SAVAMA-DCI avec l’appui financier de la Fondation FORD, la conférence sous régionale sur le thème : « Les manuscrits africains et la recherche en Afrique de l’Ouest : nécessité d’un soutien mutuel, défis et perspectives » s’est tenue les 22 et 23 Novembre 2017 à l’AZALAI Grand Hôtel de Bamako.

Placée sous le haut parrainage de Mme N’DIAYE Ramatoulaye DIALLO, Ministre de la Culture, la cérémonie d’ouverture a été présidée par M. Boureima FOFANA, Conseiller Technique au Ministère de la Culture. La cérémonie a enregistré la participation de plusieurs responsables de l’administration Publique en charge de la gestion des manuscrits, des personnalités du corps diplomatique accrédité au Mali, ainsi que les représentants des Institutions financières et techniques partenaires de la SAVAMA-DCI.

Plusieurs interventions et activités ont marqué cette cérémonie d’ouverture, notamment :

  • le discours de bienvenue du Président Exécutif de la SAVAMA-DCI ;
  • la projection d’un film documentaire sur les activités de la SAVAMA-DCI ;
  • la remise de la déclaration de Bamako 2016 sur la conservation des manuscrits en Afrique de l’Ouest au représentant de Madame le Ministre de la Culture ;
  • le discours d’ouverture de la Conférence prononcé par M.Boureima FOFANA au nom de Madame le Ministre de la Culture ;
  • la visite de l’exposition sur les résultats des travaux de recherches sur les manuscrits.

les participants venus de divers horizons étaient constitués des représentants de la communauté scientifique nationale et internationale, de structures et organismes en charge de la gestion du patrimoine écrit, ainsi que  d’acteurs et gestionnaires des manuscrits venus d’Allemagne, du Cameroun, de la France, du Ghana, de la Guinée Conakry, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Nigéria, de la Norvège et du Sénégal.

Les travaux ont démarré par une conférence inaugurale portant sur le thème central de la conférence sous régionale présenté par M. Ali Ould Sidi.

La conférence inaugurale, a été suivie de quatre exposés sur les thèmes suivants :

-« La recherche scientifique autour des manuscrits ouest africains : état des lieux » présenté par le Pr. Bernard Salvaing, professeur émérite de l’université de Nantes, en France.

- « L’école doctorale « Héritage et Innovation » de la Fondation Afric Avenir au Cameroun : bilan et perspectives »présenté par le Pr. Blaise Alfred Ngando du Cameroun, Professeur Agrégé d’histoire du droit, Maitre de Conférence et membre du comité scientifique de l’école doctorale de la Fondation AfricAvenir International.

- « L’Université de Hambourg et les manuscrits anciens : l’activité du CSMC-Centre for the Study of Manuscripts Cultures » présenté par Maria Louisa Russo et Darya Ogorodnikova de l’Université de Hambourg, en Allemagne.

-«Défis et perspectives de collaboration entre différents acteurs des manuscrits et de la recherche : Universités, Institutions de recherche et de documentation (manuscrits) Ouest Africaines, autorités étatiques et partenaires» présenté par Dr. Moulaye Hassane du Niger.

Deux interventions supplémentaires ont suivi, à savoir, celle du Professeur Muhammad Kaba Aliyu du Nigéria sur le patrimoine documentaire et celle du Guinéen Daouda Tamsir Niane sur la bibliothèque du Pr. Djibril Tamsir Niane.

Après les différentes présentations, le Président de la conférence M. Chirfi Moulaye HAIDARA, a ouvert les débats et les discussions. Ces échanges ont porté sur : l’exploitation d’informations historiques et scientifiques contenues dans les manuscrits , le renforcement et l’encouragement des initiatives de recherche sur les manuscrits, l’élaboration de stratégies pour une prise en charge des manuscrits dans la recherche scientifique , la mobilisation des ressources financières en faveur des manuscrits, la formation , la situation des détenteurs de manuscrits , la dynamisation de la coopération décentralisée, bilatérale et multilatérale autour des manuscrits.

Ces échanges fructueux, renforcés par les contributions pertinentes des participants ont abouti aux recommandations ci-après :

  • Mener des actions d’information et de sensibilisation pour encourager les nouvelles générations, les intellectuels et les personnalités politiques à s’intéresser davantage aux manuscrits ;
  • Elargir et consolider les réseaux de chercheurs au niveau régional et international ;
  • Identifier les bailleurs de fonds potentiels ;
  • Créer une synergie entre les universités autour des manuscrits ;
  • Encourager les initiatives de l’ONG SAVAMA-DCI ;
  • Multiplier les actions de formation et les échanges d’expériences ;
  • Renforcer le partenariat entre les pays autours de la question des manuscrits.

Le Président de la conférence a invité les participants à prendre en compte ces différentes recommandations dans les travaux de panels.

Ainsi, les participants se sont repartis en groupe de panel dont les travaux ont aboutis aux recommandations suivantes :

  • Inciter les chercheurs, notamment dans les universités, à étudier les manuscrits en octroyant, par exemple, des bourses ;
  • Former les chercheurs en vue de la maîtrise de la langue arabe et des langues africaines pour le développement des savoirs endogènes ;
  • Créer une école sous régionale de formation sur l’exploitation des manuscrits ;
  • Développer au niveau de chaque pays des centres pour les manuscrits ;
  • Vulgariser les manuscrits dans le monde universitaire ;
  • Poursuivre la prospection des manuscrits ;
  • Développer la collaboration entre tout les acteurs (les chercheurs, les bibliothécaires et les détenteurs de manuscrits) ;
  • Regrouper les différents acteurs du domaine des manuscrits  de l’Afrique et du monde à travers deux actions qui pourraient par exemple se faire autour de la SAVAMA-DCI :
  1. La mise en place d’un organe de publication, pour susciter l’intérêt des chercheurs.
  2. La mise en place d’un réseau international d' acteurs en matière de manuscrits (les détenteurs, les chercheurs et les bibliothèques) où ils pourraient, par exemple, grâce à l’Internet, communiquer entre eux et s’informer des actions que mènent les uns et les autres.
  3. La mise en place d’un comité de suivi.
  • Lister les domaines d’application des manuscrits (Médecine, Sociologie, Astrologie etc.) ;
  • Trouver un cadre de concertation sur l’utilisation des manuscrits (Atelier de réflexion de chercheurs et personnes ressources) ;
  • Créer une école doctorale sous régionale avec l’appui de la CEDEAO, l’UEMOA, l’UNESCO etc. ;
  • Solliciter le soutien d’un fond sous régional pour appuyer la recherche sur les manuscrits ;
  • Etablir des conventions de partenariat avec les institutions de recherche ;
  • Faire la promotion des manuscrits auprès du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) ;
  • Encourager les institutions des différents Etats dans lesquels se trouvent les manuscrits à s’impliquer dans le financement de la recherche autour des manuscrits anciens ;
  • Impliquer les entreprises locales dans la promotion des manuscrits anciens ;
  • Aller vers les partenaires et leur faire des propositions sérieuses.

La cérémonie de clôture a été présidée par le doyen d’âge M. Filifing SAKO qui, après quelques mots de remerciements à l’endroit de l’ONG SAVAMA-DCI pour cette initiative et aux participants venus apporter leurs expertises dans le cadre de cet échange fructueux, est revenu sur les objectifs visés par la conférence. Il a invité les participants à s’approprier des recommandations et de tout les résultats de la conférence, puis a déclaré clos les travaux de cette conférence sous régionale par une séance de bénédictions pour la poursuite des actions en faveur des manuscrits anciens.



Ajouté le 29/01/2018 par Service Communication SAVAMADCI - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA