FIN DES TRAVAUX DE LA CONFÉRENCE SUR LE THEME:LES DÉTENTEURS DE MANUSCRITS ANCIENS FACE A LA DEMANDE CROISSANTE D’ACCES AUX MANUSCRITS !!!

 

 

 

 

 

 

Photo de Famille des participants de la conférence 

 

Organisée sur l’initiative de l’ONG SAVAMA-DCI, avec le soutien financier de la Fondation Gerda HENKEL de la République Fédérale d’Allemagne, les travaux de la Conférence sur le thème : « Les détenteurs de manuscrits anciens face à la demande croissante d’accès aux manuscrits » ont pris fin dans l’après midi du samedi 12 août  2017 à l’Azalai Grand Hôtel de Bamako.

Placée sous la haute présidence de Mme N’DIAYE Ramatoulaye DIALLO, Ministre de la Culture, la cérémonie d’ouverture de la conférence a été présidée par son Chef de cabinet, Monsieur Almamy Ibrahim Koureïchy. Cette cérémonie a été marquée par  deux  allocutions, en  l’occurrence  le mot du Président Exécutif de la SAVAMA-DCI, Dr. Abdel Kader HAIDARA et celui du chef de cabinet du Ministère de la Culture. Dans son intervention, docteur HAIDARA, tout en se félicitant de la tenue de cette importante rencontre, a souhaité la bienvenue à tous les participants, singulièrement ceux venus des pays frères et amis de la Guinée, de la Mauritanie et du Niger pour apporter leurs expertises. Puis, il a adressé ses vifs remerciements à l’ensemble des partenaires techniques et financiers qui ont toujours accompagné  l’ONG SAVAMA-DCI, en particulier  la Fondation Gerda HENKEL qui a financé entièrement les frais  d’organisation  de cette conférence. Quant  au Chef de Cabinet du Ministère de la Culture, il  a, au nom de Madame le Ministre, remercié et félicité la SAVAMA-DCI pour ses belles initiatives et les résultats obtenus dans la conservation des manuscrits anciens du Mali.

Ainsi, les travaux de la conférence qui avait pour  objectif  principal d’aborder les problématiques posées par la prise en compte des besoins des utilisateurs des manuscrits anciens, ont démarré par une conférence inaugurale portant sur le thème principal de la rencontre, suivie de plusieurs conférences-débats aussi diverses qu'enrichissantes afin de faire le tour de table des préoccupations relatives à la gestion du patrimoine manuscrit. C’est pourquoi, pendant  deux  jours,  les différents acteurs de la gestion du patrimoine culturel écrit de notre pays ainsi que les experts en provenance des pays de la sous région ont jeté un regard critique sur les problématiques suivantes:

  • le rôle du détenteur de manuscrits, ses rapports avec les usagers des documents ;
  • les mutations induites par l'évolution des besoins et les enjeux, le partage d'expériences dans le domaine ; 
  • l’état des lieux des instruments et moyens d'accès aux manuscrits : inventaire, répertoire, catalogue, dématérialisation, outils linguistiques (traductions), éditions, etc.

Au terme des travaux de la rencontre, des recommandations importantes ont été formulées en vue de l’instauration d’un meilleur cadre de collaboration entre les détenteurs et les usagers de manuscrits anciens. Ces recommandations  incluent  entre autres la nécessité de :

  • Créer un réseau des détenteurs  pour la conservation et la gestion des manuscrits ;
  • Étendre la prospection des manuscrits  anciens sur l’ensemble du territoire national;
  • Promouvoir  les manuscrits anciens à travers  l’organisation d’expositions itinérantes ;
  • Former les détenteurs de manuscrits aux techniques basiques de conservation (manipulation, restauration, catalogage, numérisation) ;
  • Former les bibliothécaires à la traduction, l’interprétation et le décodage du contenu des manuscrits ;
  • Aider à la recherche de financement et au renforcement des capacités des détenteurs de manuscrits dans le domaine du montage de projets et des technologies de l’information et de la communication;
  • Sensibiliser les détenteurs de manuscrits aux enjeux de la numérisation et de leur exploitation scientifique;
  • Capitaliser et vulgariser l’expérience de la SAVAMA-DCI en gestion et conservation des manuscrits anciens;
  • Partager les expériences en matière de gestion des manuscrits;
  • Intégrer les bibliothèques de manuscrits dans les circuits touristiques ;
  • Développer la dimension artisanale des manuscrits en revitalisant les métiers du livre et de la calligraphie;
  • Faciliter l’exploitation des manuscrits dans les bibliothèques familiales par la mise en place d’un règlement précisant les conditions de consultation;
  • Définir un code de bonne conduite (déontologie) pour les chercheurs;
  • Créer un fonds de solidarité des manuscrits afin de soutenir la conservation et la valorisation des manuscrits pour encourager les détenteurs;
  • Dynamiser la coopération bilatérale, multilatérale et décentralisée autour des manuscrits anciens;
  • Associer les érudits du terroir dans la traduction et l’édition critique des manuscrits;
  • Solliciter le Gouvernement du Mali pour mener des actions en vue du rapatriement des manuscrits qui ont fait l’objet d’expatriation;  
  • Mettre en place une commission nationale de réflexion à la réglementation et à la normalisation relative au patrimoine manuscrit;
  • Relire les textes de la Direction Nationale des bibliothèques et de la documentation pour y inclure une division qui prenne en charge les bibliothèques de manuscrits ;
  • Établir une collaboration avec les missions culturelles et les collectivités territoriales pour les travaux d’identification et de sensibilisation des détenteurs de manuscrits anciens;
  • Aider les détenteurs de manuscrits à réaliser des bibliothèques même sommaires en vue de conserver leurs manuscrits;
  • Identifier les sites appropriés pour l’implantation des bibliothèques de manuscrits;
  • Doter les détenteurs de manuscrits de moyens de conservation (équipement de numérisation et de catalogage) ;
  • Répertorier les détenteurs des manuscrits anciens du Mali;
  • Donner un statut juridique aux détenteurs de manuscrits;
  • Créer un cadre de concertation entre les détenteurs de manuscrits et les Universités afin de mieux les impliquer dans la tâche de sauvegarde et de valorisation de ce patrimoine écrit;
  • Établir et déterminer une déontologie et une charte des bibliothèques de manuscrits anciens.

A la fin de ces deux jours de travaux, les participants se sont félicités de l’atmosphère cordiale et franche qui a prévalu tout au long de la conférence. Ils ont félicité l'ONG organisatrice (SAVAMA-DCI) et salué le caractère enrichissant des échanges et des travaux avant de  souhaiter la perpétuation de rencontres similaires et le maintien de cette dynamique pour relever les défis de préservation et de valorisation  de la mémoire collective que représente le patrimoine documentaire. 


Ajouté le 08/09/2017 par Service Communication SAVAMADCI -