L'Atelier de conservation physique

L’atelier de conservation physique des manuscrits permet de réunir des conditions de conservation optimales pour les manuscrits.

Le responsable de l’atelier de conservation physique a pour principale mission de coordonner tous les travaux de conservation, à savoir :

  • la sortie des manuscrits des cantines métalliques,
  • la mise en couverture des manuscrits non couverts,
  • le nettoyage,
  • la numérotation d’identification,
  • la classification des manuscrits selon les dimensions,
  • la distribution des manuscrits aux travailleurs,
  • le contrôle des boîtes de protection confectionnées,
  • le pointage des agents
  • le dépôt des manuscrits conservés dans les boîtes, dans la salle de stockage.

Le processus de la conservation physique comprend plusieurs étapes, à savoir :

  • Le nettoyage des manuscrits :

Les manuscrits sont dépoussiérés et nettoyés à l’aide d’une brosse fine afin de les débarrasser des différents résidus occasionnés par la poussière, le feu, l’eau, les termites et autres insectes au cours de leur conservation dans des conditions inadéquates. Quelques fois, l’on a recours à des produits tels que l’alcool, le collagène et l’eau distillée pour décoller les pages collées ou nettoyer la couverture de protection sérieusement endommagée de certains manuscrits.

  • La mise en couverture des manuscrits :

Apres la phase de nettoyage, les manuscrits sans couverture d’origine sont enveloppés dans des couvertures de protection confectionnées à l’aide de papiers à PH neutre sur lesquels sont mentionnés certaines références, comme le numéro du manuscrit, le titre et l’auteur.

  • La fabrication des boîtes de protection

Elle consiste à confectionner des boîtes de protection sur mesure dans lesquelles seront conservés les manuscrits. Ces boîtes peuvent contenir entre un et plusieurs manuscrits selon leurs dimensions.

Les matériaux utilisés pour la fabrication de ces boîtes sont le carton, le lin naturel, la colle et le pinceau. La particularité de  ce matériel est sa neutralité (sans acide), ce qui permet d’éviter la détérioration des manuscrits.

Les boîtes protègent les manuscrits contre la poussière, l’humidité, la moisissure et la chaleur ; et arrêtent les dégradations déjà subies.

  • L’Étiquetage des boîtes de protection :

C’est la dernière phase du processus de la conservation physique des manuscrits. Après avoir mis les manuscrits dans les boîtes de conservation, celles-ci sont étiquetées par le nom abrégé du détenteur suivi du numéro ou de la série de numéros des manuscrits contenus dans ces boîtes (EX : ABS 333 ou ABS 444 à 777) avant d’être transférées dans le dépôt.